Ça sent bon pour Poitiers

Image centre presse

L’après-match a en partie éclipsé le contenu de la rencontre. Rappel des faits: une réserve a été posée en cours de match puis appuyée par le club au prétexte que le numéro 3 aligné par Bayonne n’était pas Eddy Calogine. Or, c’est l’ancien Limougeaud qui figurait sur la feuille de match. Preuve à l’appui (une photo), le Stade Poitevin finissait par identifier ce mystérieux latéral gauche (Arnaud Haure) sorti à l’heure de jeu. Ce dernier, que le délégué a cherché vainement après coup, avait quitté le stade « pour une urgence »… L’Aviron, par la voix de son entraîneur Erwan Lannuzel, hier matin, convenait de son erreur: « J’assume la responsabilité, j’ai oublié de faire le changement après le forfait de Calogine la veille au soir. La réserve est justifiée. On va sans doute perdre le point gagné plus un autre par pénalité. » Le dossier est entre les mains de la commission de discipline.

« Si c’est moi
le problème… »

Un autre dossier reste ouvert: le niveau de Poitiers qui court toujours après une victoire en 2020. « On a bien réagi dans le jeu, c’était mieux que précédemment. J’insiste: il faut se rappeler d’où l’on vient. On va s’accrocher sans être obnubilés par le résultat », notait Jaïr Karam qui avait délaissé le 3-5-2 pour un 4-4-2 avec une défense inédite (Parthiot, Gomes, Lemaire et Ukajo). Beltran (0-1, 6) mettait le feu d’entrée puis à la 12, mais Poitiers se réglait au fil du match, notamment quand C. Jean-Etienne reculait dans le couloir droit. Auparavant, Barritault avait défloré son compteur personnel au terme d’une belle action initiée par Matignon puis relayée par Cuvier (1-1, 45+1). « On va arrêter de parler de l’objectif, commentait à son tour le buteur du soir. On a retrouvé le plaisir de lutter ensemble, c’est la clé. »
La porte s’ouvrait avant de se refermer sur les doigts poitevins. « On pèche encore dans la finition », constatait l’entraîneur, en dépit de l’arrivée de Zinga qui ratait la balle de match (85). L’ex-Angoumoisin, formé aux Girondins, va vite, fait des différences, mais il gagnerait en efficacité en lâchant plus rapidement le ballon. Il a besoin de temps pour prendre ses marques, mais le Stade n’en a plus beaucoup avec déjà quatre points de retard sur Chauvigny et sept encore sur le Stade Montois qui tarde à retrouver son élan d’avant la trêve (1d, 2n). « On progresse, pas assez vite pour certains, mais on va s’accrocher, faire preuve d’humilité, on reste dans le coup. Si c’est moi le problème, qu’on me le dise. Je suis entier, les joueurs me connaissent, nous avons besoin de sérénité pour avancer. »

Source: Article Centre Presse Publié le 10-02-2020 05:03:59